Nouvel album
Stick& Bow

Nouvel album <br>Stick& Bow
1 novembre 2019

STICK&BOW RESONANCE
musique pour marimba et violoncelle
KRYSTINA MARCOUX ET JUAN SEBASTIAN DELGADO TRANSCENDENT LA TRADITION SUR LEUR PREMIER ALBUM, AVEC DES MUSIQUES ALLANT DE BACH À RADIOHEAD

Marimba et violoncelle forment un duo dynamique et fascinant entre les mains des deux musiciens de Stick&Bow, groupe composé de la percussionniste canadienne Krystina Marcoux et du violoncelliste argentin Juan Sebastian Delgado. Le disque Resonance, premier album de ces musiciens primés basés à Montréal, explore toute une palette de styles musicaux, tout en transcendant la tradition avec de nouveaux arrangements de morceaux allant de Bach à Boccherini et de Nina Simone à Radiohead. Qu’il joue de la musique baroque ou un tango, du rock ou du jazz-manouche, le duo Stick&Bow le fait toujours avec passion, finesse et maîtrise technique, en proposant des arrangements éclectiques et surprenants de certaines œuvres musicales les plus célébrées de l’histoire de la musique. La combinaison de ces deux instruments offre un potentiel infini de découvertes et d’interprétations musicales, sous un angle original et inattendu. L’album Resonance sortira chez Leaf Music le 1er novembre 2019.

STICK&BOW EST EN TOURNÉE AVEC JEUNESSES MUSICALES DU CANADA
DU 1ER NOV. AU 12 DÉC. : LISTE COMPLÈTE DES DATES ET RENSEIGNEMENTS

Dans un style montréalais bien authentique, ce nouvel album présente un livret bilingue audacieux. C’est une combinaison captivante d’œuvres de J. S. Bach qui ouvre le bal : une transcription de l’adagio de la sonate en ré majeur pour viole de gambe, suivie d’une interprétation swing du prélude en ré majeur du Clavier bien tempéré. Nina Simone, chanteuse sensuelle et pianiste hors-pair, entre ici en résonance avec Bach dans un arrangement irrésistible où Stick&Bow revisite le morceau « Love Me or Leave Me » dans lequel Simone insère ingénieusement une invention de Bach au centre de la pièce. L’album comprend non pas un, mais deux fandangos : une adaptation de cette danse espagnole traditionnelle dans le quintette no 4 de Boccherini et le morceau « Entre Arrayanes » de Paco de Lucia, un arrangement qui figure parmi les plus originaux et exigeants pour arriver à bien saisir l’essence même de la guitare flamenco.

La combinaison de marimba et violoncelle fait émerger des humeurs et des couleurs surprenantes dans les danses folkloriques roumaines de Bartók, alors que le jazz-manouche de Stéphane Grappelli, s’enflamme avec des ornementations qui sont propres à ce morceau « tzigane ». Le compositeur révolutionnaire argentin Astor Piazzolla est ici présenté dans un arrangement empreint de lyrisme, nostalgie, mais aussi de force rythmique dans « Invierno porteño » évoquant l’hiver à Buenos Aires.

L’album renferme encore d’autres interprétations lumineuses de morceaux du répertoire classique, dont deux mouvements des Fünf Stücke im Volkston de Schumann et le deuxième mouvement de la sonate pour violoncelle de Shostakovitch. Les harmonies complexes et les textures instrumentales de « Paranoid Android » de Radiohead constituent un aspect étonnamment convaincant de l’album, avec le marimba et le violoncelle qui explorent tout un éventail de timbres, jusqu’au son de la guitare électrique.

Stick&Bow cherche aussi à travailler en étroite collaboration avec des compositeurs vivants, sur des œuvres audacieuses et accessibles. L’album Resonance contient deux créations : « Folk Suite » de Jason Noble (né en 1980), un ensemble de miniatures inspirées par les riches traditions folkloriques de sa province natale, Terre-Neuve ; « À Gennevilliers », de la compositrice et bandonéoniste parisienne Louise Jallu (née en 1994), traversée par des harmonies jazz rafraîchissantes et une section rythmique improvisée. Les deux œuvres entrent respectivement en résonance avec Schumann et Piazzolla, démontrant ainsi la surprenante évolution des genres.

Juan Sebastian Delgado, gagnant du premier prix au concours latino-américain de violoncelle (2008), détient un doctorat de l’Université McGill. Krystina Marcoux, gagnante du premier prix au concours de l’OSM (2012), détient un PhD du Conservatoire national supérieur de musique de Lyon. La musique a conduit ces deux artistes à partager des moments inoubliables dans toutes sortes de lieux, de Banff à la Colombie, en passant par l’Arménie, l’Italie, les États-Unis, l’Équateur, la France, et lors de leurs deux tournées au Canada en 2019 et en 2020 en tant qu’« artistes émergents » des Jeunesses musicales du Canada.

INFO