Nouvel album Analekta
Chopin : Concertos pour piano n° 1 et 2

Nouvel album Analekta<br>Chopin : Concertos pour piano n° 1 et 2
21 février 2019

Le pianiste Charles Richard-Hamelin et l’Orchestre symphonique de Montréal, sous la direction de Kent Nagano, présentent l’album Chopin : Concertos pour piano n° 1 et 2.

Des prestations de grande envergure, un jeu raffiné, parfaitement fluide et chargé d’une énergie contagieuse. D’une beauté inouïe!

Chopin : Concertos pour piano, une nouveauté Analekta.

INFO

Réunis pour la première fois en enregistrement, l’Orchestre symphonique de Montréal et le pianiste Charles Richard-Hamelin présentent les concertos pour piano et orchestre de Frédéric Chopin, deux œuvres pleines de fraîcheur et de poésie écrites alors que le compositeur était à l’aube de la vingtaine.

Le Concerto pour piano nº 2 en fa mineur, op. 21 et le Concerto pour piano nº 1 en mi mineur, op. 11

En 1829, la fin des études musicales de Chopin s’accompagne de la nécessité de penser à l’avenir : dès le mois d’avril, il est question que le jeune musicien quitte Varsovie pour faire rayonner ses talents dans toute l’Europe. La composition du Concerto pour piano et orchestre nº 2 en fa mineur, commencée en 1829 et terminée en 1830, et celle du Concerto pour piano nº 1 en mi mineur1, complétée la même année, ne seraient pas sans rapport avec cette idée.

Habituellement plutôt discret en ce qui concerne ses œuvres, Chopin sort de cette réserve dans deux lettres à son ami d’enfance Titus Woyciechowski, au sujet des deuxièmes mouvements de ses Concertos. Ainsi écrit-il, le 3 octobre 1829, à propos du Larghetto du Concerto no 2 en fa mineur : « peut-être pour mon malheur, j’ai déjà rencontré mon idéal que je sers fidèlement depuis six mois sans lui parler de mes sentiments. J’en rêve ; sous son inspiration sont nés l’Adagio [Larghetto] de mon concerto et, ce matin, la petite valse que je t’envoie ». Cet idéal, c’est la jeune chanteuse Konstancja Gładkowska, collègue de Chopin à l’École supérieure de musique de Varsovie. Ce mouvement de forme tripartite a une teneur opératique : très ornementées, les sections extérieures évoquent le bel canto, tandis que la section centrale fait plutôt penser à un récitatif. Au sujet de la Romance (Larghetto) du Concerto nº 1 en mi mineur, Chopin est encore plus explicite: « L’Adagio du nouveau concerto est en mi majeur. Je n’y ai pas recherché la force. C’est plutôt une romance calme et mélancolique. Il doit faire l’impression d’un doux regard tourné vers un lieu évoquant mille charmants souvenirs. C’est comme une rêverie par un beau temps printanier, mais au clair de lune.

Les troisièmes mouvements sont des rondos très vifs, dont la métrique à deux ou à trois temps sert de canevas à une stylisation concertante de danses traditionnelles polonaises. Inspiré de la mazurka – danse à trois temps caractérisée par l’accentuation de temps faibles –, le dernier mouvement du Concerto en fa mineur a des couleurs résolument campagnardes avec l’utilisation des violons col legno battuto (avec la baguette de l’archet) et les mélodies du piano souvent jouées à l’octave par les deux mains. Ludique et plein d’humour, le troisième mouvement du Concerto en mi mineur est tributaire d’une autre danse traditionnelle, le krakowiak.

Le Concerto en mi mineur sera créé publiquement le 11 octobre 1830 au Théâtre national de Varsovie. Couronné de succès, ce concert sera le dernier que donnera Chopin dans le pays qui l’a vu grandir : le 2 novembre, il quitte la Pologne pour n’y plus jamais revenir.

© Florence Brassard